Ophicléide en ut Michaud

Vers 1850

Débosselage, nettoyage, retamponnage. Remplacement des axes des clefs et changement des ressorts à lame.

Breveté en 1821 par Jean Hilaire Asté dit Halary, l'ophicléide (étymologiquement "serpent à clefs") 
remplacera progressivement son ancêtre le 
serpent. Reposant sur le même principe que le bugle à clefs (corps muni de trous recouverts de clefs), les ophicléides se déclineront en trois tailles, couvrant ainsi plusieurs tessitures : alto en mib (quinticlave), basse en sib/ut et contrebasse en mib.

Avec 11 clefs, l'ophicléide restauré ci-dessus présente une des formes les plus complètes de ce type d'instrument : 4 clefs sur la petite branche, 1 sur la culasse, et 6 sur le pavillon (avec un mib double).

© Photographie : Christian Schryve & Luc Gallois / Illustration : Léa Martin / 2020